Prologue

Novembre 2018 – Août 2019
Choix volontaire d’une pause pour les consultations

Cause et Origine : Fin 2018, contrôle de la DDPP, Direction Départementale de La Protection des Populations, soit La Direction Générale de La Concurrence, de la Consommation et de La Répression des Fraudes, La DGCCRF.

En septembre 2018, un contrôle de La DDPP, Direction Générale de La Consommation et de La Répression des Fraudes a été à l’origine de la mise en veille volontaire, donc sans contrainte et pendant quelques mois, de l’activité personnelle du Naturopathe Alain Hainaux. Ce temps fut nécessaire afin d’évaluer la charge, suffisamment lourde et menaçante pour s’y pencher avec attention, prudence, précision et clarté, pour rédiger une réponse-réaction consistante et suffisamment étayée, ajustée aux objections formulées, en reprenant avec toutes les définitions utiles et un choix de faits objectifs significatifs appropriés, tout ce dont parle la Naturopathie et tout autant, et surtout, ce dont elle ne parle pas, jamais ! La pertinence de la Naturopathie est trop belle, il fut impossible de laisser « filer » et indispensable de s’expliquer.

Ce contrôle n’est pas un fait isolé, mais a pour ambition de vérifier ce qui se pratique dans ce qui est communément cité par erreur comme « médecines douces » et proposé en France aujourd’hui par 60.000 praticiens (Non pas 60.000 Naturopathes !), ce qui se comprend fort bien et s’accepte très volontiers.

La porte fut alors grande ouverte pour évoquer librement et largement le sujet.

Cette totale franchise s’est conclue par une lettre contentieuse, objectant 2 ou 3 détails administratifs à mettre en œuvre, soit, et pas de soucis, mais rappelant principalement et longuement l’interdiction de la pratique illégale de la médecine, ce qui est sans objet, puisque le naturopathe n’est pas le médecin (ne fait pas de diagnostic, ne prescrit pas de médicaments, ne fait pas de suivi à la semaine et annonce de plus, sans que cela soit une obligation, qu’il ne remplace pas le médecin), mais lettre recommandée qui ne manque pas de préciser simultanément la gamme des contraventions, associant la prison et les amendes pouvant atteindre les 300.000 € . . . Du très violent, tout de même ! ! !

La Naturopathie, essentiellement construite sur des propositions de prévention, ne fait pas encore partie du langage et de la pratique courante en France !

Aujourd’hui, entre les lignes du dernier courrier reçu de La DDPP, on peut comprendre que les précisions, réflexions et faits énoncés en réponse au contrôle, ont permis une clarification des idées et une meilleure compréhension de l’espace, du sens et de l’action du naturopathe. Réjouissons-nous !

Nous pouvons alors reprendre aujourd’hui sereinement les consultations et ainsi promouvoir ce chapitre clé de la santé qui est la prévention.

La bonne santé se reçoit, se préserve, se retrouve si veut et si pas trop tard !
A toutes et à tous, je souhaite un utile et un savoureux discernement dans les choix et le mode de vie !